Actualités du moment !

Le Groupe All dénonce les réalités économiques des réseaux et propose des solutions




Comme la CDO, le groupe All prend la parole pour avertir les décisionnaires politiques et les consommateurs sur les réseaux. A l'occasion du débat autour de la proposition de loi Le Roux, il dénonce « le mensonge d'une baisse de prix qui ne repose que sur une descente en gamme ». La centrale souligne que, « pour respecter les grilles tarifaires » imposées par les Ocam, « les opticiens doivent proposer des équipements optiques d'ancienne génération ou importés. Sans le savoir, le consommateur n'a plus le choix de l'innovation. De plus, l'opticien perd sa capacité de conseil objective ». Le Groupe All (1 900 adhérents) craint le développement d'un système de santé à deux vitesses : « certains auront les moyens pour choisir leur opticien et arbitrer librement entre prix, innovation, confort, technologie... ; les autres se verront imposer un opticien et un équipement ».

8 porteurs sur 10 seraient réticents au système de réseaux

Pour appuyer son argumentation, la centrale reprend les résultats d'une étude Gallileo Business Consulting selon laquelle 84 % des porteurs de lunettes sont réticents aux réseaux. « Et s'ils devaient choisir, 60 % des porteurs de lunettes préfèreraient choisir librement leur opticien et leur équipement quitte à payer un supplément, plutôt que d'être remboursé à 100 % et de devoir acheter des lunettes parmi une gamme de produits imposée ».

Des conséquences sur les rentrées fiscales et la balance commerciale

Pour le Groupe All, le secteur de l'optique trouve son équilibre, notamment grâce à la concurrence, qui régule le prix des équipements (depuis 2000, la hausse du coût des équipements optiques, reste très en-deçà de l'inflation, ndlr). En revanche, « les cotisations encaissées par les Ocam et non reversées aux assurés ont enregistré 220% d'augmentation en 8 ans, selon une étude Xerfi », souligne-t-il au passage. Souhaitant titiller la fibre économique de nos élus, il précise que « le développement des réseaux risque de :
  • remettre en cause une filière innovante française
  • baisser l'assiette de chiffre d'affaires et donc les rentrées de TVA
  • développer les importations de produits de moindre qualité et de nuire à la balance commerciale de la France »

Dans ce contexte, le Groupe All évoque plusieurs solutions :
  • La mise en place d'une offre disponible chez tous les opticiens, avec un reste à charge nul pour le patient, qui serait construite entre les opticiens et les Ocam, et communiquée de manière transparente aux assurés.
  • La transparence des offres des OCAM et de leurs frais de gestion, qui s'élèvent à 6,7 milliards d'euros en 2010.

Tous ces arguments ont été évoqués devant les députés par Stéphanie Dangre, présidente du Groupe All. Celle-ci a en effet été auditionnée le 23 novembre, en tant que représentante du Casopi (Syndicat des centrales d'achat au service des opticiens indépendants), par la Commission des Affaires sociales de l'Assemblée nationale. Le texte initial a été amendé pour tenter d'affirmer la liberté de choix des clients et patients, et empêcher les complémentaires santé de passer des accords tarifaires avec des médecins.

Lunettes à réalité augmentée : Apple et Sony se préparent à concurrencer le Project Glass de Google



Lunettes à réalité augmentée : Apple et Sony se préparent à concurrencer le Project Glass de Google

Après le buzz suscité par Google lors de la révélation du Project Glass, Apple et Sony veulent eux-aussi leur part du gâteau. Deux brevets, ressemblant aux lunettes à réalité augmentée conçues par le géant de l'Internet, ont été récemment déposés. Du côté de chez Sony, l'équipement serait basé sur le même principe, mais avec quelques ajouts. Ainsi, il serait possible d'analyser des QR code en les regardant ou encore de partager des informations avec quelqu'un qui possède les mêmes lunettes en le fixant dans les yeux. Elles seront dotées d'une caméra, d'un haut-parleur et d'un microphone. Tout comme le modèle de Google, elles pourront être activées grâce à la voix. Pour Apple, le brevet déposé diffère légèrement du Project Glass. Apple y décrit comment les images pourraient être projetées sur de petits écrans contenus dans les lunettes créant ainsi un environnement enrichi pour l'utilisateur. Des informations pourraient même s'afficher en 3D. D'après The Next Web, « le système est fait de façon à ce que ce soit une immersion totale. Vous ne verrez plus autour de vous, juste l'image que vous propose de voir vos lunettes ».

Google vise une commercialisation en 2013

Google, quant à lui, continue de peaufiner ses lunettes. Selon Le Journal du Geek, le co-fondateur de la société, Sergey Brin, a eu l'occasion d'en montrer un peu plus au public au sujet du Project Glass. A l'occasion d'une interview accordée à la chaîne américaine Current TV, le 30 mai dernier, il a mis en avant le caractère naturel de l'utilisation du prototype. A la volée, il capture des photos qu'il envoie ensuite par e-mail. La première commercialisation devrait avoir lieu en 2013.

Source www.acuite.fr

NIKON



Notre Choix numéro 1 pour sa trés haute technicité et qualité !

Les Ocam remboursent-ils vraiment mieux les lunettes ? Décryptage de l'enquête de la Drees



Les Français ont choisi des garanties plus élevées

Plusieurs facteurs expliquent l'augmentation de la prise en charge des dépenses d'optique par les Ocam. « Certaines garanties sont exprimées en pourcentage du PMSS (plafond mensuel de la Sécurité sociale), qui a augmenté d'environ 7% entre 2007 et 2009. Mécaniquement, cela fait progresser le montant en valeur des remboursements optiques. Au-delà, cette augmentation est générée par l'important « turn-over » enregistré sur les contrats entre 2007 et 2009 : les assurés ont fait jouer la concurrence et ont choisi des garanties plus généreuses », analyse Gilles Oster, consultant social indépendant, spécialisé dans les complémentaires santé.

Une fausse bonne nouvelle ?

Les données publiées par la Drees ont été publiées en février 2012... mais se basent sur l'exercice 2009 des mutuelles, assurances santé et institutions de prévoyance. « Elles datent de plus de 2 ans ! Or, à cette époque, la crise était financière et économique, mais pas réellement sociale comme aujourd'hui. Elle n'avait donc pas encore impacté les choix des Français en matière de garanties santé. Aujourd'hui, la donne est différente. Les derniers chiffres de la FFSA (Fédération française des sociétés d'assurance) montrent que la tendance actuelle est à la décollecte en santé (le montant des cotisations encaissées a augmenté de +1% en 2011, contre +4% en 2010) : les assurés choisissent désormais des garanties plus faibles, et il est fort probable que, depuis 2009, le niveau moyen de prise en charge des dépenses d'optique soit en baisse. Les résultats de la Drees peuvent fausser les esprits », explique Gilles Oster. Selon cet expert, ce développement des couvertures santé plus restreintes devrait s'accentuer. « La Drees montre que certains actes non pris en charge par la Sécurité sociale, comme les actions de prévention ou les médecines douces, sont davantage pris en charge par les Ocam. Mais cela fait augmenter les cotisations, comme la hausse des taxes sur les complémentaires santé. Conséquence : pour ne pas augmenter leur budget santé, les Français choisissent des garanties plus faibles, donc souvent beaucoup moins généreuses sur les lunettes », temporise-t-il.

www.acuite.fr

Petites attentions de fin d'année...




Chers clients,
Comme chaque année, surveillez votre boite aux lettre et venez vite nous remettre votre coupon cadeau ( de nombreuses surprises cette année encore selon disponibilité superbe bloc notes avec stylo, tapis de souris calculatrice,sac de courses , porte clé malin ...)

Blogs, Blogs, Blogs....



N'oubliez pas d'aimer notre page facebook afin de suivre notre actualité régulièrement:
http://www.facebook.com/pages/Sant%C3%A9-Vision/66153760802

Mutuelles : Les opticiens voient rouge ... Extrait du Parisien

Cliquez pour agrandir l'image

Ocam : une étude de la Fnof révèle les réalités du remboursement et les pressions exercées sur les opticiens

.... le syndicat « dénonce les réalités du remboursement en optique et les pressions exercées par les complémentaires sur les assurés et les opticiens ».

L'enquête s'est penchée sur 11 complémentaires (MGEN, Malakoff Mederic, Harmonie Mutuelles, Allianz, MAAF, MMA, Groupama-Gan, Pro-BTP, Swiss Life, CCMO, OCIANE) qu'elle a analysées au regard de 6 thématiques. Voici ses principales conclusions :

Remboursement en optique : les taux varient considérablement. Ramené au montant de la cotisation, certaines mutuelles remboursent les frais d'optique dans une proportion jusqu'à 4 fois inférieure que d'autres.

Liberté de choix des opticiens pour les assurés : 82% des complémentaires pénalisent l'assuré en termes de prestations et/ou de remboursement s'il ne se rend pas chez un opticien partenaire. Or pour 73% des complémentaires, le réseau mis en place ne couvre pas plus d'un quart des opticiens en France et la liste des partenaires est difficilement accessible.

Respect des prestations annoncées : 55% des complémentaires ne donnent pas accès au tiers payant si le client se rend pas chez un opticien partenaire, rendant ainsi le remboursement plus long et plus complexe.

Liberté de choix des produits pour les assurés : 82% des complémentaires imposent aux opticiens partenaires des grilles qui restreignent l'offre de produits optiques. 55% ne référencent qu'un nombre limité de fournisseurs et de produits optique et 18% imposent de manière stricte le choix du verre en fonction de la correction visuelle de l'assuré !

Transparence des informations délivrées aux assurés: 73% des contrats ne permettent pas aux assurés d'avoir une vision claire quant à la prestation qui leur sera accordée. En particulier, certaines complémentaires continuent à parler de pourcentages de remboursement au lieu de communiquer sur des montants (un taux de remboursement de 300%, cela correspond à un remboursement de 30,48 euros...)

Respect de la confidentialité des données de santé des assurés: 82% de complémentaires analysées imposent à l'opticien de transmettre certaines données de santé, allant ainsi à l'encontre des règles établies par la CNIL (par exemple : leur correction visuelle).

... Parce que les opticiens partenaires des réseaux ne peuvent pas proposer à leurs patients l'équipement le plus adapté en fonction de l'évaluation qu'ils auront faite de leurs besoins visuels. C'est ainsi tout le système de santé optique français qui est remis en cause par de telles pratiques imposées par certaines complémentaires - alors qu'une minorité d'entre elles respecte la liberté de choix de l'assuré tout en assurant un excellent niveau de remboursement. »


Voir l'album photo

Ca y est, notre Blog est ouvert ! Bienvenue !


un blog regroupant les dernieres news triées pour vous liées au monde de l'optique.

Bonne lecture....

    A propos de mon Blog



Si vous désirez me contacter à propos d'une contribution publiée sur mon Blog ou si vous souhaitez soumettre une contribution pour que je la publie, cliquez sur le bouton ci-dessous :







Cliquez sur le bouton pour m'écrire


Copyright 2013. Tous droits réservésCliquez ici pour vous abonner à ce flux RSSContactez l'auteur à webmaster@santevision.fr